Allocution du président Trump sur l’Iran

Washington
Le 8 janvier 2020

Grand Foyer
11 h 28 (heure de Washington)

Tant que je serai président des États-Unis, l’Iran n’aura jamais le droit de détenir l’arme nucléaire.

Bonjour. Je suis ravi de vous l’annoncer : le peuple américain devrait être extrêmement reconnaissant et heureux qu’aucun Américain n’ait pâti de l’attaque d’hier soir lancée par le régime iranien. Elle n’a fait aucune victime, tous nos soldats sont sains et saufs, et nos bases militaires ont seulement subi des dégâts minimes.

Nos grandes forces américaines sont prêtes à toute éventualité. L’Iran semble reculer, ce qui est une bonne chose pour toutes les parties concernées et une très bonne chose pour le monde.

Pas un Américain et pas un Iranien n’ont trouvé la mort grâce aux précautions qui avaient été prises, à la dispersion des forces et à un système d’alerte rapide qui a très bien fonctionné. Je salue la compétence et le courage incroyables des Américains et des Américaines sous nos drapeaux.

Depuis bien trop longtemps – depuis 1979, pour être précis – les pays tolèrent le comportement destructeur et déstabilisateur de l’Iran au Moyen-Orient et au-delà. Cette époque est révolue. L’Iran est le principal soutien du terrorisme, et sa poursuite de l’arme nucléaire menace le monde civilisé. Nous ne laisserons jamais aboutir cette poursuite.

La semaine dernière, nous avons pris des mesures décisives pour empêcher un terroriste impitoyable de mettre en danger la vie d’Américains. Sur mes ordres, les forces armées des États-Unis ont éliminé le plus grand terroriste au monde, Qassem Soleimani. En sa qualité de chef de la force Al-Qods, Soleimani a été personnellement responsable de certaines des pires atrocités.

Il a entraîné des armées terroristes, dont le Hezbollah, qui ont perpétré des attentats contre des cibles civiles. Il a alimenté des guerres civiles sanglantes dans toute la région. Il a vicieusement blessé et tué des milliers de soldats américains, notamment en posant des bombes en bord de route qui mutilent et démembrent leurs victimes.

Soleimani a dirigé les récentes attaques contre le personnel américain en Iraq qui ont grièvement blessé quatre militaires et tué un Américain, et il a orchestré l’attaque violente contre l’ambassade des États-Unis à Bagdad. Ces derniers jours, il planifiait de nouvelles attaques contre des cibles américaines, mais nous l’avons stoppé.

Les mains de Soleimani étaient trempées du sang aussi bien américain qu’iranien. Il aurait dû être éliminé il y a longtemps. En supprimant Soleimani, nous avons envoyé un message puissant aux terroristes : si vous tenez à la vie, vous ne menacerez pas celle de nos citoyens.

Tandis que nous continuons à évaluer nos options en réponse à l’agression iranienne, les États-Unis imposeront immédiatement de nouvelles sanctions économiques punitives au régime iranien. Ces sanctions puissantes resteront en vigueur tant que l’Iran n’aura pas changé de comportement.

Rien que ces mois derniers, l’Iran a saisi des navires dans des eaux internationales, lancé une attaque sans provocation contre l’Arabie saoudite et abattu deux drones américains.

Les hostilités de l’Iran ont fortement augmenté après la signature de l’accord insensé sur le nucléaire iranien en 2013, et après avoir reçu 150 milliards de dollars, sans oublier 1,8 milliard de dollars en espèces. Au lieu de dire « merci » aux États-Unis, ils ont scandé « mort à l’Amérique ». En fait, ils ont scandé « mort à l’Amérique » le jour même de la signature de l’accord.

Ensuite, l’Iran s’est lancé dans une campagne de terrorisme, financée par l’argent de l’accord, et ils ont créé l’enfer au Yémen, en Syrie, au Liban, en Afghanistan et en Iraq. Les missiles tirés la nuit dernière contre nous et nos alliés avaient été acquis avec les fonds déboursés par le gouvernement précédent. En outre, le régime a considérablement serré la vis à son propre pays, allant même récemment jusqu’à tuer 1 500 personnes lors des nombreuses manifestations qui se tiennent dans tout le pays.

De toute façon, cet accord très vicié qu’est le JCPOA arrivera bientôt à expiration, ce qui donne à l’Iran une voie directe et rapide pour acquérir l’arme nucléaire. L’Iran doit abandonner ses ambitions nucléaires et mettre fin à son soutien au terrorisme. Il est temps que le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, la Russie et la Chine reconnaissent cette réalité.

Ils doivent maintenant se retirer des vestiges de l’accord sur le nucléaire iranien, le JCPOA, et nous devons tous collaborer pour conclure un accord avec l’Iran qui rende le monde plus sûr et plus pacifique. En outre, nous devons conclure un accord qui permette à l’Iran de s’épanouir et de prospérer, et de tirer parti de son énorme potentiel inexploité. L’Iran peut être un grand pays.

La paix et la stabilité ne peuvent pas régner au Moyen-Orient tant que l’Iran continue de fomenter la violence, les troubles, la haine et la guerre. Le monde civilisé doit envoyer un message clair et unifié au régime iranien : votre campagne de terreur, de meurtre et de chaos ne sera plus tolérée. On ne va pas la laisser continuer.

Aujourd’hui, je vais demander à l’OTAN de s’impliquer beaucoup plus dans le processus du Moyen-Orient. Ces trois dernières années, sous ma gouvernance, notre économie est devenue plus forte que jamais, et l’Amérique a atteint l’indépendance énergétique. Ces performances historiques ont modifié nos priorités stratégiques. Personne ne pensait que ces performances étaient possibles. Et des possibilités se sont ouvertes au Moyen-Orient. Nous sommes maintenant le premier producteur de pétrole et de gaz naturel au monde. Nous sommes indépendants, et nous n’avons pas besoin du pétrole du Moyen-Orient.

Les forces armées américaines ont été complètement reconstruites sous mon administration, à un coût de 2 500 milliards de dollars. Les forces américaines n’ont jamais été aussi fortes. Nos missiles sont gros, puissants, précis, mortels et rapides. De nombreux missiles hypersoniques sont en construction.

Le fait que nous disposons de cet équipement et de ces forces militaires formidables ne signifie pas nécessairement que nous devons nous en servir. Nous ne voulons pas nous en servir. La force de l’Amérique, tant militaire qu’économique, est le meilleur moyen de dissuasion.

Il y a trois mois, après avoir détruit à 100 % Daech et son califat territorial, nous avons éliminé le chef barbare de Daech, al-Baghdadi, qui a tant semé la mort, notamment par des décapitations en masse de chrétiens, de musulmans et de ceux qui se trouvaient sur son chemin. C’était un monstre. Al-Baghdadi essayait une fois de plus de reconstituer le califat de Daech, mais il n’a pas réussi.

Des dizaines de milliers de combattants de Daech ont été tués ou capturés au cours de mon mandat. Daech est un ennemi naturel de l’Iran. La destruction de Daech est une bonne chose pour l’Iran, et nous devrions travailler ensemble sur ce point ainsi que sur d’autres priorités communes.

Enfin, je m’adresse au peuple et aux dirigeants de l’Iran : Nous voulons que vous ayez un avenir et un avenir brillant – celui que vous méritez, qui apportera la prospérité dans votre pays et l’harmonie avec les autres pays du monde. Les États-Unis sont prêts à embrasser la paix avec tous ceux qui y aspirent.

Je tiens à vous remercier, et que Dieu bénisse l’Amérique. Merci beaucoup. Merci. Merci.